Olivier Véran affirme que "le gros de l'épidémie est derrière nous" - Vonjour